5 étapes primordiales de mise en place d’une démarche RSE

5 étapes primordiales de mise en place d’une démarche RSE

Dans cet article, vous allez comprendre les différentes étapes pour mettre en place la démarche RSE pour des sociétés de n’importe quelle taille.

Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises du CAC 40 se fixent des objectifs RSE pour leurs activités. Ils deviennent également une part variable de la rémunération des managers.

Alors, se lancer dans une démarche de RSE est un vrai enjeux car vous allez impacter toute votre organisation. Donc, il est nécessaire de regarder ce que font les concurrents en matière de RSE pour vous positionner.

Pour toutes les sociétés, il faut passer au moins 5 étapes : 

  1. Engagement de la direction générale
  2. La réalisation d’un diagnostic RSE
  3. Elaboration d’un plan d’action
  4. Améliorer la modalité, 
  5. Valoriser les actions et les résultats obtenus.

Etape 1 : Engagement de la part de la direction générale sous la forme d’une politique environnementale, d’une charte environnementale, d’une communication. 

Cette politique est un document qui est diffusé et accessible à tout le monde. Elle reprends les objectifs dans le domaine social, sociétal et environnemental.

Les valeurs dans cette politique, quand elles sont partagées effectivement, représentent la culture de l’entreprise. Il faut les formaliser pour qu’elles correspondent aux valeurs réellement vécues de la société.

Etape 2 : Diagnostic RSE

Dans un premier temps, vous pouvez procéder à un autodiagnostic sur internet qui se compose de plusieurs dizaines de questions concernant les piliers environnemental, social, sociétal et économique…

(Si vous voulez faire un diagnostic complet, il est obligé de travailler avec des experts. La durée peut être de quelques jours à plusieur mois en fonction du budget, du secteur d’activité, l’effectif de l’entreprise…)

Vous allez déclarer les pratiques réelles de votre société. L’intérêt est que ces résultats sont immédiats et il n’y a pas besoin d’être un spécialiste de la RSE pour comprendre et se sensibiliser à ce qu’il y a dans certains des piliers.

Ce diagnostic RSE permet de donner une idée de la conformité de la société dans son secteur d’activité par rapport aux exigences réglementaires en France du code du travail, du code de l’environnement, du code de l’énergie, du code des marchés publics, du code du commerce. 

Voici les étapes principal des experts pour faire le diagnostic RSE : 

  • Planification d’entretiens individuels avec le ou la DG et l’ensemble des directeurs des fonctions stratégiques et les services généraux
  • Recueil de données relative à l’environnement, l’équité sociale et sociétale de la société
  • Visite des sites pour vérifier la déclaration
  • Faire l’entretien avec les parties prenantes
  • Analyse des données

Etape 3 : Elaboration d’un plan d’action et mesurer l’efficacité des actions avec des indicateurs et évaluer

Après la réalisation du diagnostic, un plan d’action concret, qui est l’outil de pilotage principal de la démarche RSE de l’entreprise, qui va être élaboré. 

Ce plan d’actions est à géométrie variable. Il va devoir s’adapter à l’évolution de l’entreprise, à la diminution ou l’augmentation de ses activités, au changement d’organisation, à la vie de l’entreprise. 

Ce plan d’actions doit contenir trois familles d’actions :

  • Priorité suite au diagnostic, par exemple :le tri de déchet; le pourcentage de travailleurs handicapées embauché par votre société
  • Répondre aux attentes des parties prenantes prioritaires, par exemple : partenariat avec des associations, façon d’intervenir…
  • La mise en conformité

La composition du plan demande un minimum de prérequis pour que ce soit efficace et efficient.

Les objectifs à atteindre doivent être cohérents par rapport aux objectifs qui ont été définis préalablement dans la politique et l’engagement de la direction et de toute la société. Les délais doivent être réalisable. Cela sert à rien d’avoir plus de 100 projets en même temps. 

Par exemple :

Démarche RSE

Démarche RSE

Démarche RSE

Etape 3 bis : Communication

Ensuite, n’oubliez pas le plan de communication où on définit la cible, le message, le vecteur de communication ( internet, le journal de l’entreprise ou autre), le rapport de développement durable. Il va permettre aux salariés de se positionner en acteur de la RSE. 

Vous pouvez créer un travail internes pour impliquer les salariés ou des challenges avec l’organisation des trophées et des récompenses pour les collaborateurs. N’hésitez pas à animer, organiser, communiquer, sensibiliser, ou bien créer des ateliers participatifs pour favoriser la communication.

Oubliez la hiérarchie de votre organisation. Permettez à vos collaborateurs de communiquer et faire leurs remarques, leurs suggestions ou leurs idées par rapport au projet, ou au plan d’actions. 

Vous pouvez les laisser s’exprimer de manière informelle à la machine à café, de ce qu’ils en pensent. Il faut prendre en compte tous les remarques pour préparer la prochaine étape.

En termes de d’exigence de communication RSE, il faut communiquer de manière transparente et être basée sur des faits prouvés ou réels.

Etape 4 : Améliorer la modalité

Dans cette étape de la démarche RSE, vous allez découvrir comment piloter la démarche de RSE, comment l’orienter dans le sens que vous souhaitez, pouvoir identifier les problèmes, les erreurs afin de mettre en place des pistes d’amélioration. Ensuite, c’est de se situer sur le marché ou contre vos concurrents tout en restant différenciant.

Les indicateurs de la RSE ont un rôle très important pour piloter la démarche. Il y a quatre différentes catégories d’indicateurs en matière de RSE.

  • Indicateurs réglementaires (obligatoires), par exemple NRE(1) 
  • Indicateurs recommandés qui permettent d’évaluer sa démarche et de se situer vis‐à‐vis de tiers, par exemple GRI
  • Indicateurs consolidés sur l’état d’avancement de la démarche et sa performance
  • Indicateurs opérationnels qui suivent l’état d’avancement de chacune des actions du plan d’actions

Les indicateurs doivent être nombreux, quantifiés, mesurables, contextualisés et vérifiables. Il est obligé pour certaines entreprises de faire vérifier par un organisme tiers ces indicateurs. 

Etape 5 : Valoriser les actions et les résultats obtenus de la démarche RSE

Cette dernière étape va consister à valoriser les actions qui ont été mises en place et les résultats qui ont été obtenus.

Alors, pour la démarche de RSE, la communication est stratégique. Ainsi, il faut s’assurer que la communication de votre société respecte la réglementation partout où elle opère. Force est de constater qu’il doit être respectueuse des sept principes de l’ISO 26000 

De plus, votre entreprise doit répondre de ses impacts environnementaux, sociaux, sociétaux liés à l’ensemble de ses activités. Elle est redevable vis-à-vis de votre clients, des autorités. Elle est redevable parce qu’elle doit respecter la réglementation là où elle opère. 

Cela permet de valoriser les efforts des collaborateurs et de faire connaître aux tiers qui peut être des agences de notation extra-financières ou des médias que votre entreprise est fait en matière de RSE. Il va valoriser l’image de l’entreprise comme une entreprise citoyenne et cela ne peut que contribuer à faire connaître et à diffuser ses bonnes pratiques.

(1) Non Renewable Energy. Cet indicateur fournit une indication sur la part non renouvelable de l’énergie grise utilisée. Etant donné que les ressources de notre planète ne sont pas infinies, il est judicieux de minimiser l’utilisation d’énergies non renouvelables. L’indice NRE se mesure en [MJ] (méga-joules)

Liens utiles :

Partagez vos expériences sur Forum LANARD

LANARD

Thu NGUYEN est co-fondatrice de Lanard.fr - E-commerce Bio et Écolo. L'ambition est de pouvoir proposer une alternative écologique dans la vie quotidienne de notre client. Thu est diplômé de Master Innovation et Création d'Entreprise de IAE Gustave Eiffel - UPEC

Leave a Reply